L'enfant, cet être fascinant

Le coucher, c’est sacré

Une dure journée de labeur touche à sa fin chez la famille Big. L’horloge de la cuisine indique approximativement 20h. Le repas est terminé, la vaisselle faite, les dents lavées. Il est maintenant l’heure de ce moment magique de la soirée où deux mondes s’opposent…

batteries

D’un côté, il y a l’enfant. 20 minutes auparavant – alors que nous tentions de lui faire ingurgiter ses légumes – elle était moribonde (James Moribonde), au bout du rouleau, à deux doigts de succomber à une foudroyante crise de narcolepsie. Maintenant qu’elle est au pied du lit et qu’il est temps de dormir, elle pète le feu, veut absolument jouer avec TOUT le contenu de sa chambre, et refuse de nous laisser partir avant de lui avoir lu la version intégrale du Silmarillion.

De l’autre, les parents. Eux ne simulent pas, ils SONT cuits. Et cuits dur. Déchirés. Cramés. Tout ce qu’ils veulent, c’est en finir au plus vite pour aller faire semblant d’avoir une vie de couple (en réalité, ils vont s’effondrer sur le canapé pour suivre le live-tweet de L’Amour est dans le Pré). Face à l’enfant qui en a encore sous le pied, comment s’assurer que le plan se déroule sans accroc ?

Tout est dans la routine

D’expérience, les parents le savent bien : ils seraient mal inspirés de négliger toute l’attention à porter à la routine du coucher. Un coucher bâclé, c’est un enfant qui s’endort mal. Comprendre qu’il va te faire suer une plombe avant de succomber au sommeil, et qu’il va falloir y retourner 10 fois pour satisfaire des demandes allant du dernier verre d’eau au dernier pipi, en passant par la quête du doudou qui s’est mystérieusement glissé hors de portée entre le lit et le mur. Sans compter les multiples réveils nocturnes qui risquent de se produire si l’endormissement est chaotique…

Mémo : un coucher harmonieux et paisible, c’est un investissement sur la nuit à venir.

Chez Big Girl, instaurer un rituel stable a été une nécessité dès son plus jeune âge. Que dis-je, une nécessité ? Un impératif, une question de survie, un pic, un cap, une péninsule ! Dire d’elle qu’elle était un bébé « réfractaire au sommeil » relèverait de l’euphémisme 24 carats.

A 3 ans révolus, la procédure de mise au lit a certes évolué pour s’adapter à son développement, mais elle demeure essentielle pour ralentir la machine avant le dodo – partant du principe qu’une Formule 1 ne peut pas passer de 235 à 0 km/h en moins d’une seconde.

Un sacro-saint moment de calme est systématiquement respecté et ne souffre aucune exception. Le coucher se déroule à heure fixe avec lumière tamisée, discussion à voix basse, goodnight kiss aux peluches, et surtout lecture… En bonne bibliophage junior, Big Girl ne saurait aller au lit sans son bouquin. Une lecture qui est également un moment de partage pour le parent lecteur, après une journée passée à courir derrière le chrono et finalement à bien peu se voir.

J’admets pourtant zapper de plus en plus mon tour de lecture vespérale, dont les vertus soporifiques semblent avoir davantage d’effets sur moi que sur la petite… Passées 20h, parcourir les aventures de Caroline ou de Petit Poilu me plonge ainsi dans des abîmes narcotiques dont je peine à m’extraire.

C’est que, finalement, le rituel du coucher a vocation à apaiser l’ensemble de la maisonnée, les parents comme les enfants. Et les premiers n’en ont certainement pas moins besoin que les seconds…

C’était ma participation aux « jeudis éducation » de WonderMômes
macaron-rdv-education

Les autres billets « Jeudis Education » du jour ? Allez voir chez :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s