L'enfant, cet être fascinant

L’intégration à tout prix ?

Alors que Little Girl trottine doucement vers ses 3 ans, et que l’entrée dans l’univers scolaire nous galope plein pot droit dans la gueule, Big Maman et moi sommes concernés par bien des questions, au premier rang desquelles figure le caractère assez individualiste de notre louloute.

Notre fille est gardée en collectivité depuis ses 9 mois – en l’espèce dans une micro-crèche dont la capacité d’accueil quotidienne n’excède pas 10 têtes de bétail adorables bambins. Un environnement que nous estimions propice à l’échange en douceur, à l’apprentissage de l’Autre et aux activités collectives, sans pour autant noyer chaque enfant dans la masse, au mépris de son individualité.

Et pour ce qui est du respect de son individualité, Little Girl se pose là ! Voilà 2 ans qu’elle évolue au milieu des copains, sans avoir jamais véritablement voulu intégrer le groupe. Aux activités collectives, elle préfère la lecture dans son coin. Pendant les séances de chant, elle file se chercher un jouet. Du jardinage tous ensemble sur la terrasse ? Laisse tomber, elle fait de la pâte à modeler. Et pendant la session de lecture en groupe, elle a subitement envie de danser.

Bref, elle veut se démarquer du troupeau. Elle a son rythme, ses envies, son timing. Et ce ne sont pas nécessairement ceux du groupe. Ça peut coïncider, à l’occasion, mais c’est bien elle qui décide quand.

mouton_noir

A l’aube de sa première rentrée scolaire, nul doute que cette attitude soulève des inquiétudes. En premier lieu chez le personnel de la crèche, pour qui le maître-mot semble être « l’intégration à tout prix ».

Big Maman et moi avons plutôt pris le parti de laisser courir. D’abord par la force des choses, puisque nous ne sommes pas sur place pour tenter d’inciter la rebelle à rentrer dans le rang. Mais également par conviction, estimant qu’on ne peut pas forcer un enfant à faire tout comme les autres, au même moment que les autres, en toutes circonstances. S’il n’y a pas chez l’enfant la volonté de faire partie d’un groupe donné, nous pensons que la contrainte sera nocive et l’incitation inefficace.

Nous préférons y voir l’expression de son caractère spécifique. On nous dit qu’elle ne joue pas le jeu ? Si, mais elle joue le sien. A la partition générale, elle préfère sa propre musique. Elle est une, elle est elle, et nous ne voulons pas lutter contre cela.

Peut-être l’école atténuera-t-elle ce comportement ? Ou peut-être pas. En tout cas, la pression ne viendra pas de ses parents. J’ai moi-même longtemps montré beaucoup de réserve à m’intégrer à des groupes, et je ne garde que de mauvais souvenirs de mes parents me culpabilisant pour cette attitude qu’ils jugeaient « stupide ».

Sans avoir jamais cherché à la comprendre…

C’était ma participation aux « jeudis éducation » de WonderMômes

macaron-rdv-education

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s